Normal view MARC view
Les Amours / Ovide ; texte établi et trad. par Henri BornecqueAuteur principal: Ovide, 0043 av. J.-C.-0017, AuteurAuteur secondaire: Bornecque, Henri, 1871-1935, Editeur scientifique;Néraudau, Jean-Pierre, AnnotateurPublication : les Belles lettres, 2009Description : 123 p. ; 20 cmISBN: 9782251799223.Collection: Collection des universités de FranceRésumé: Si le lecteur, qui tient en mains ce livre, n'aime pas la légèreté, l'élégance, la grâce, le badinage, s'il ignore que le sérieux est compatible avec la futilité, qu'il ne l'ouvre pas, et qu'il condamne son auteur comme il condamnerait les “Illustres Bergers”, Théophile, Tristan, ou encore La Fontaine, Marivaux, Choderlos de Laclos… Que cet improbable lecteur, que l'imagination ne concevrait pas, si de nombreux critiques n'avaient reproché aux Amours d'Ovide leur légèreté, sans voir leur grâce, leur futilité sans percevoir leur sérieux, que ce lecteur donc évite aussi de regarder les tableaux de Fragonard et qu'il se méfie de Mozart. Si, malgré cet avertissement, il ouvre le livre, qu'il se réjouisse, comme il y est invité par l'épigramme liminaire, que l'édition nouvelle de l’œuvre soit plus brève que la première. Aux autres lecteurs, qui aiment Mozart et Fragonard, les Amours apportent le plaisir, la voluptas, que le poète a éprouvé lui-même, en se jouant de tous les lieux communs et de tous les interdits pour révéler les mille et une surprises du désir amoureux et pour harceler sous les flèches de Cupidon la société compassée et hypocrite qui l'entoure. .Sujet : poésie ; poète ; latin
Home library Call number Status Date due Barcode
1- Médiathèque d'Ambérieu
Etage
870 OVI (Browse shelf) Available 0254901004

bilingue : texte latin et traduction française en regard.

Si le lecteur, qui tient en mains ce livre, n'aime pas la légèreté, l'élégance, la grâce, le badinage, s'il ignore que le sérieux est compatible avec la futilité, qu'il ne l'ouvre pas, et qu'il condamne son auteur comme il condamnerait les “Illustres Bergers”, Théophile, Tristan, ou encore La Fontaine, Marivaux, Choderlos de Laclos…

Que cet improbable lecteur, que l'imagination ne concevrait pas, si de nombreux critiques n'avaient reproché aux Amours d'Ovide leur légèreté, sans voir leur grâce, leur futilité sans percevoir leur sérieux, que ce lecteur donc évite aussi de regarder les tableaux de Fragonard et qu'il se méfie de Mozart.

Si, malgré cet avertissement, il ouvre le livre, qu'il se réjouisse, comme il y est invité par l'épigramme liminaire, que l'édition nouvelle de l’œuvre soit plus brève que la première.

Aux autres lecteurs, qui aiment Mozart et Fragonard, les Amours apportent le plaisir, la voluptas, que le poète a éprouvé lui-même, en se jouant de tous les lieux communs et de tous les interdits pour révéler les mille et une surprises du désir amoureux et pour harceler sous les flèches de Cupidon la société compassée et hypocrite qui l'entoure.

Médiathèque La Grenette
10 rue Amédée Bonnet
01500 Ambérieu-en-Bugey
04 74 38 37 31
mediatheque @ mairie-amberieuenbugey.fr
Horaires d'ouverture
Mardi : 15h30 - 18h30
Mercredi : 9h30 - 12h30 | 13h30 - 18h
Vendredi : 15h30 - 18h30
Samedi : 9h30 - 12h30